En Bretagne, la première COP régionale sur la transition écologique


La région Bretagne a réuni 700 acteurs socio-économiques au lancement de la première réplique régionale de la COP 21, la conférence de Paris sur le climat. Cette journée baptisée « Carrefour des transitions » et dédiée aux enjeux de transition écologique et énergétique avait pour objectif de mobiliser autour d’un projet fédérateur. Un cahier des engagements, accessible aux habitants, sera ouvert fin 2017 et des actions concrètes engagées en 2018.

(Par Pascale Paoli-Lebailly – La Tribune – 17/03/2017)

La Bretagne est déjà engagée dans la transition écologique et énergétique. Le développement des énergies marines se traduit notamment par la préparation d’un parc d’éoliennes off-shore en baie de Saint-Brieuc et l’hydrolienne Sabella repartira au printemps 2017 pour réinjecter sa production sur le réseau de l’île d’Ouessant.

Ces rencontres ont aussi mis en lumière que la transition ne sera réussie que si les citoyens se sentent concernés et agissent. La région compte sur son tissu de 60.000 associations pour faire bouger les lignes collectivement. D’ici au second trimestre 2018, les Bretonnes et les Bretons seront appelés à prendre part au projet.

« La Bretagne fourmille d’initiatives locales, d’expérimentations, de projets concrets, assure Thierry Burlot. Il nous faut aujourd’hui donner plus d’ampleur et de cohérence au mouvement et le porter collectivement. L’ADN du territoire, c’est aussi son patrimoine naturel exceptionnel. C’est une force. »

En diffusant « une pédagogie de l’optimisme et de l’engagement », cette COP BZH veut accélérer une dynamique existante à laquelle les participants à la journée de jeudi se sont montrés réceptifs, y compris les entrepreneurs. Loïc Hénaff, le P-dg du groupe éponyme était lui-même à Saint-Malo.

Au cours de cette journée, les 11e Trophées du développement durable, organisés en lien avec l’ADEME, ont récompensé cinq porteurs de projets, dont la SCOP rennaise Toutenvélo dédiée au transport vélo+remorque en centre-ville. Courses, livraisons, et même déménagements : cette coopérative promeut les moyens de transport décarbonés et s’est déjà implantée à Rouen, Grenoble, et sera bientôt à Lille.

Bref, le « Carrefour des transitions » n’a pas vocation à se transformer en une vilaine usine à gaz, et les annonces de jeudi à rester des paroles en l’air. A suivre.

PRÉCÉDENT L’assemblée adopte son budget pour 2017
SUIVANT 60ème anniversaire du Traité de Rome : l’Europe doit se réinventer !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 8 =